Bulletin d'information : "Le Porte-voix"

Bulletin trimestriel de voix sur rhône qui vous informe sur les projets de l’école,
et propose une sélection de concerts de la région, un forum, des fiches techniques...

Envoyé gratuitement aux adhérents.

Edito du n° 76, de juin 2019


Les subversifs

En écoutant, en niveau II, Shirley Horn dans My Funny Valentine, nous avons pris conscience de la dimension subversive de cette grande chanteuse-pianiste. En gardant le débit du parler sur un tempo terriblement lent - « you sing them awf'lly low » disait Miles de la chanteuse, l'une des rares qu'il accompagna -, Shirley Horn crée un espace énorme entre chaque phrase. Et dramatise à l'extrême sa version. On sait qu'elle eut une grande influence sur Diana Krall. Mais cette dernière n'en retint justement pas la dimension subversive, ne gardant que l'intimisme.

La subversion est au cour du jazz depuis ses débuts. Le blues, l'une des ses racines, est une subversion de la musique « classique », que ce soit dans l'harmonie ou dans le traitement du son.

La subversion est une tension. Une note qui déraille, une grimace au milieu des sourires, un grain de sable dans la machine. C'est le hot des big bands noirs, par opposition au straight des orchestres blancs, aux débuts du jazz. Les fans de jazz raffolent des subversifs.

Ils s'expriment de bien des manières : subversif, Count Basie lorsqu'il se met à ne plus jouer pour mieux faire entendre la pulsation. Subversif, Lester Young lorsqu'il crée un style tendre et évanescent au sax ténor, l'instrument-type de la virilité. Subversifs, Chet Baker et Gerry Mulligan, lorsqu'ils décident de se passer de piano pour focaliser sur l'art de la fugue, à la californienne.

La pop, c'est le jazz moins la subversion. Les subversifs ne peuvent être « populaires », car ils vont contre le courant - le nom comme l'adjectif. Tout art qui perd sa subversion verse dans le divertissement.

Amoureux du jazz, je prise le subversif dans toute forme d'expression. La frontière est parfois ténue avec son opposé : le conformisme. A mes yeux par exemple, les frères Dardenne, par le dépouillement de leur cinéma, sont plus subversifs que Gaspard Noé ou Abdellatif Kechiche qui mettent du porno dans le film d'auteur, à l'heure où le sexe est accessible partout sur le net gratuitement.

Alors cet été. nagez à contre courant !

Jérôme Duvivier

© 2004 - voix sur rhône

Leçon de chant jazz / Cours de chant jazz / Cours de jazz vocal / Chorale jazz / Ecole de chant jazz / Ecole de jazz vocal

Retour à l'accueil

voix sur rhône - Ecole du chant Jazz